Retour à l'Accueil


Charles Cros

Charles Cros (Fabrezan, Aude, 1842 – Paris, 1888) était un poète et inventeur français.

En 1869, il présenta à la Société française de photographie un procédé de photographie en couleurs qui est à l'origine du procédé actuel de trichromie. Il étudia également des améliorations à la technologie du télégraphe.

En avril 1877 surtout, il formulait le principe d'un appareil de reproduction des sons qu'il nomma paléophone. Son document, présenté à l'Académie des Sciences, suggérait que les vibrations sonores pouvaient êtres gravées dans du métal à l'aide d'un crayon rattaché à une membrane vibrante, et que, par la suite, en faisant glisser un stylet rattaché à une membrane sur cette gravure on parviendrait à reproduire le son initial. Avant que Charles Cros n'eut l'opportunité de suivre son idée voire de construire un prototype, Thomas Edison, aux États-Unis, mettait au point le premier phonographe. Les deux hommes ne connaissaient pas leurs travaux réciproques.

Son œuvre de poète, brillante également (une des sources d'inspiration du surréalisme, et depuis rééditée en Pléiade) a été ignorée par son époque tout autant. Il le résume amèrement dans ce poème caractéristique :

Je sais faire des vers perpétuels. Les hommes
Sont ravis à ma voix qui dit la vérité.
La suprême raison dont j’ai fier, hérité
Ne se payerait pas avec toutes les sommes.
J’ai tout touché : le feu, les femmes et les pommes ;
J’ai tout senti : l’hiver, le printemps et l’été ;
J’ai tout trouvé, nul mur ne m’ayant arrêté.
Mais Chance, dis-moi donc de quel nom tu te nommes ?
Je me distrais à voir à travers les carreaux
Des boutiques, les gants, les truffes et les chèques
Où le bonheur est un suivi de six zéros.
Je m’étonne, valant bien les rois, les évêques,
Les colonels et les receveurs généraux
De n’avoir pas de l’eau, du soleil, des pastèques.
En son honneur a été créée l'Académie Charles Cros qui récompense chaque année les meilleurs disques.


Voici les pomes de Charles Cros :

   A GRAND-PAPA
   A LA PLUS BELLE
   A MA FEMME ENDORMIE
   A TRAVERS LA FORET DES SPONTANEITES...
   A TUER
   A UNE CHATTE
   AQUARELLE
   AUX IMBECILES
   AVENIR
   BALLADE DE LA RUINE
   BALLADE DES MAUVAISES PERSONNES
   BALLADE DES SOURIS
   BALLADE DU DERNIER AMOUR
   BANALITE
   BERCEUSE
   CARESSE
   CONCLUSION
   CONQUERANT
   CONSEIL
   CROQUIS
   DANS LA CLAIRIERE
   DESERTEUSES
   ECOLE BUISSONNIERE
   EN COUR D'ASSISES
   EPOQUE PERPETUELLE
   EXCUSE
   GAGNE-PETIT
   HIEROGLYPHE
   IL Y A DES MOMENTS OU LES FEMMES SONT FLEURS
   INSCRIPTION
   INSOUMISSION
   JE NE VOUS FERAI PAS DE VERS
   JE SAIS FAIRE DES VERS PERPETUELS
   JEUNE HOMME
   L'ETE
   L'HEURE VERTE
   L'ORGUE
   LA DAME EN PIERRE
   LA ROBE DE LAINE
   LA VIE IDEALE
   LE HARENG SAUR
   LES LANGUES
   LES QUATRE SAISONS - L'AUTOMNE
   LES QUATRE SAISONS - L'ETE
   LES QUATRE SAISONS - L'HIVER
   LES QUATRE SAISONS - LE PRINTEMPS
   LIBERTE
   MADRIGAL (SUR UN CARNET D'IVOIRE)
   MALGRE TOUT
   MATIN
   MAUSSADERIE
   MOI, JE VIS LA VIE A COTE
   NOCTURNE
   OARISTYS
   PHANTASMA
   PLURIEL FEMININ
   PROMENADE
   RANCOEUR LASSE
   REPONSE
   REVE
   ROMANCE
   RONDE FLAMANDE
   SOIR
   SONNET
   SOUVENIRS D'AVRIL
   SUPPLICATION
   SUR UN EVENTAIL
   TABLEAU
   TESTAMENT
   TSIGANE
   UN IMMENSE DESESPOIR