Retour l'Accueil


Etienne LA BOETIE (de)

Etienne de LA BOETIE (1530-1563)


Voici les pomes de Etienne LA BOETIE (de) :

   AMOUR, LORS QUE PREMIER MA FRANCHISE FUT MORTE
   AU MILIEU DES CHALEURS DE JUILLET L'ALTERE
   C'EST AMOUR, C'EST AMOUR, C'EST LUY SEUL, JE LE SENS
   C'EST FAICT, MON COEUR, QUITONS LA LIBERTE
   C'ESTOIT ALORS, QUAND, LES CHALEURS PASSEES
   CE DICT MAINT UN DE MOY : DE QUOY SE PLAINT IL TANT
   CE JOURD'HUY DU SOLEIL LA CHALEUR ALTEREE
   CE N'EST PAS MOY QUE L'ON ABUSE AINSI
   CE SONT TES YEUX TRANCHANS QUI ME FONT LE COURAGE
   DEJA LE CIEL PRENAIT SA CAPE NOIRE
   ELLE EST MALAADE, HELAS ! QUE FAUT-IL QUE JE FACE
   ENFANT AVEUGLE, NAIN, QUI N'AS AUTRE PROUESSE
   HELAS ! COMBIEN DE JOURS, HELAS ! COMBIEN DE NUICTS
   J'ALLOIS SEUL REMASCHANT MES ANGOISSES PASSES
   J'AY FAIT PREUVE DES DEUX, MESHUY JE LE PUIS DIRE
   J'AY TANT VESCU, CHETIF, EN MA LANGUEUR
   J'AY UN LIVRE THUSCAN, DONT LA TRANCHE EST GARNIE
   J'AY VEU SES YEULX PERCANS, J'AY VEU SA FACE CLAIRE
   J'ESTOIS PREST D'ENCOURIR POUR JAMAIS QUELQUE BLASME
   JA RELUISOIT LA BENOISTE JOURNEE
   JE NE CROIRAY JAMAIS QUE DE VENUS SORTISSE
   JE PUBLIERAY CE BEL ESPRIT QU'ELLE A
   JE SCAY TON FERME CUEUR, JE COGNOIS TA CONSTANCE
   JE TREMBLOIS DEVANT ELLE, ET ATTENDOIS, TRANSI
   JE VEUX QU'ON SCACHE AU VRAY COMME ELLE ESTOIT ARMEE
   JE VOY BIEN, MA DOURDOUIGNE, ENCOR HUMBLE TU VAS
   L'UN CHANTE LES AMOURS DE LA TROP BELLE HELENE
   LORS QUE LASSE EST DE ME LASSER MA PEINE
   MAINT HOMME QUI M'ENTEND, LORS QU'AINSI JE LA VANTE
   N'AYEZ PLUS, MES AMIS, N'AYEZ PLUS CESTE ENVIE
   O COEUR LEGER, O COURAGE MAL SEUR
   O L'AI JE DICT ? HELAS ! L'AI JE SONGE ?
   O QUI A JAMAIS VEU UNE BARQUETTE TELLE
   O VOUS, MAUDITS SONNETS, VOUS QUI PRINTES L'AUDACE
   O, ENTRE TES BEAUTEZ, QUE TA CONSTANCE EST BELLE
   OR, DIS JE BIEN, MON ESPERANCE EST MORTE
   ORES JE TE VEUX FAIRE UN SOLENNEL SERMENT
   OU QU'AILLE LE SOLEIL, IL NE VOIT TERRE AUCUNE
   OU SOIT LORS QUE LE JOUR LE BEAU SOLEIL NOUS DONNE
   PARDON, AMOUR, PARDON : O SEIGNEUR, JE TE VOUE
   PUIS QU'AINSI SONT MES DURES DESTINEES
   QUAND CELLE J'OY PARLER QUI PARE NOSTRE FRANCE
   QUAND J'OSE VOIR MADAME, AMOUR GUERRE ME LIVRE
   QUAND TES YEUX CONQUERANS ESTONNE JE REGARDE
   QUAND VIENDRA CE JOUR LA, QUE TON NOM AU VRAY PASSE
   QUANT A CHANTER TON LOS PAR FOIS JE M'ADVENTURE
   QUOY ? QU'EST CE ? O VANS, O NUES, O L'ORAGE !
   REPROCHE MOY MAINTENANT, JE LE VEUX
   SI CONTRE AMOUR JE N'AY AUTRE DEFFENCE
   SI MA RAISON EN MOY S'EST PEU REMETTRE
   SI ONC J'EUS DROIT, OR J'EN AY DE ME PLAINDRE
   TOY QUI OYS MES SOUSPIRS, NE ME SOIS RIGOUREUX
   TU M'AS RENDU LA VEUE, AMOUR, JE LE CONFESSE
   UN LUNDY FUT LE JOUR DE LA GRANDE JOURNEE
   VOUS QUI AIMEZ ENCORE NE SCAVEZ