Retour à l'Accueil


François Coppée

François Édouard Joachim Coppée (Paris [2 rue de l'Abbé Grégoire], 26 janvier 1842 - Paris [12 rue Oudinot] 23 mai 1908) est un poète, dramaturge et romancier français, élu à l'Académie française (dixième fauteuil) en 1884.

Il fit partie du mouvement poétique du Parnasse. En politique, il s'engagera brièvement dans le nationalisme au sein de la Ligue de la patrie française.

Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles.


Voici les pomes de François Coppée :

   A PARIS, EN ETE, LES SOIRS SONT ETOUFFANTS...
   ADAGIO
   AVRIL
   BRUNE
   C'EST VRAI, J'AIME PARIS D'UNE AMITIE MALSAINE...
   CHAMPETRES ET LOINTAINS QUARTIERS, JE VOUS PREFERE
   CHANSON D'EXIL
   DE LA RUE ON ENTEND SA PLAINTIVE CHANSON
   DE MEME QUE ROUSSEAU JADIS FONDAIT EN PLEURS
   DECEMBRE
   ELLE SAIT QUE L'ATTENTE EST UN CRUEL SUPPLICE
   EN AUTOMNE
   EPITAPHE
   ESPOIR TIMIDE
   EST-CE QUE LES OISEAUX SE CACHENT POUR MOURIR ?
   ETOILES FILANTES
   IL A NEIGE LA VEILLE ET, TOUT LE JOUR, IL GELE
   INVOCATION
   J'ADORE LA BANLIEUE AVEC SES CHAMPS EN FRICHE
   J'ECRIS PRES DE LA LAMPE. IL FAIT BON. RIEN NE BOUGE
   JANVIER
   JE SUIS UN PALE ENFANT DU VIEUX PARIS...
   JUIN
   L'ALLEE EST DROITE ET LONGUE, ET SUR LE CIEL D'HIVER
   L'AMAZONE
   LA CUEILLETTE DES CERISES
   LA MEMOIRE
   LA PETITE MARCHANDE DE FLEURS
   LE CREPUSCULE EST TRISTE ET DOUX COMME UN ADIEU
   LE LIS
   LE REVE DU POETE
   MAI
   MATIN D'OCTOBRE
   MENUET
   MON PERE
   MORCEAU A QUATRE MAINS
   NOCES DU SAMEDI ! NOCES OU L'ON S'AMUSE
   NOSTALGIE PARISIENNE
   NOVEMBRE
   ORGUEIL D'AIMER
   PETITS BOURGEOIS
   PITIE DES CHOSES
   PRISONNIER D'UN BUREAU, JE CONNAIS LE PLAISIR
   REPONSE
   RITOURNELLE
   ROMANCE
   RUINES DU COEUR
   SEPTEMBRE AU CIEL LEGER TACHE DE CERFS-VOLANTS
   SERMENT
   SOUVENIR DU DANEMARK
   UN REVE DE BONHEUR QUI SOUVENT M'ACCOMPAGNE
   VOLUPTE DES PARFUMS ! — OUI, TOUTE ODEUR EST FEE
   VOUS ETES DANS LE VRAI, CANOTIERS, CALICOTS