Retour à l'Accueil


François Malherbe (de)

François de Malherbe (né à Caen en 1555, mort en 1628) est un poète lyrique français.

Issu d'une famille noble, il s'attacha, à l'âge de 19 ans, à Henri d'Angoulême, fils naturel d'Henri II, grand prieur de France, et il combattit dans les rangs de la Ligue. Il se maria et se fixa à Aix-en-Provence. Appelé à Paris pour ses affaires en 1585, il reçut des pensions de Henri IV et de Catherine de Médicis. Le seul fils qui lui restait fut tué en duel et il en mourut de chagrin.

Épurer et discipliner la langue française a été l'œuvre de sa vie. Il manifeste pour cela une grande sévérité à l'égard des poètes du siècle précédent et notamment de Philippe Desportes. On peut le considérer comme le premier théoricien de l'art classique ( il fut surnommé le Législateur du Parnasse), fait de mesure et bienséance, et l'un des réformateurs de la langue française. Il fut pour cela l'un des auteurs les plus constamment réédités pendant l'Ancien Régime.

L'hommage que lui adressa Boileau (« Enfin Malherbe vint…, » ) exprime cette dette des écrivains classiques. Aujourd'hui cet hémistiche a passé dans la langue pour saluer l'avènement d'un progrès, d'un réforme.


Voici les pomes de François Malherbe (de) :

   A LA REINE MERE DU ROI PENDANT SA REGENCE
   A MADAME LA PRINCESSE DOUAIRIERE, CHARLOTTE DE LA TREMOUILLE
   A MONSEIGNEUR LE DAUPHIN
   A MONSIEUR DE FLEURANCE, SUR SON ART D'EMBELLIR
   AU FEU ROI
   AUX DAMES POUR LES DEMI-DIEUX MARINS, CONDUITS PAR NEPTUNE
   BALLET DE LA REINE LA RENOMMEE AU ROI
   BALLET DE MADAME, DE PETITES NYMPHES QUI MENENT L'AMOUR PRISONNIER. AU ROI
   BEAUTE DE QUI LA GRACE ...
   BEAUX ET GRANDS BATIMENTS...
   C'EST ASSEZ, MES DESIRS, ...
   C'EST FAIT, BELLE CALISTE, ...
   CALISTE, EN CET EXIL ...
   CETTE ANNE ...
   CHERE BEAUTE ...
   CONSOLATION A CARITEE, SUR LA MORT DE SON MARI
   CONSOLATION A M. DU PERIER SUR LA MORT DE SA FILLE
   DESSEIN DE QUITTER UNE DAME QUI NE LE CONTENTAIT QUE DE PROMESSE
   DURE CONTRAINTE...
   EPITAPHE DE MADEMOISELLE DE CONTY, MARIE DE BOURBON
   EST-CE A JAMAIS, FOLLE ESPERANCE ...
   IL N'EST RIEN DE SI BEAU ...
   INFIDELE MEMOIRE,...
   LAISSE-MOI ...
   MADRIGAL
   MES YEUX, ...
   PARAPHRASE DU PSAUME CXLV
   PLAINTE
   POUR ELLE-MEME
   POUR LA GUERISON DE CHRYSANTE
   POUR LE PREMIER BALLET DE MONSEIGNEUR LE DAUPHIN. AU ROI HENRI LE GRAND
   POUR LES PAIRS DE FRANCE, ASSAILLANTS AU COMBAT DE BARRIERE
   POUR MONSIEUR LE DAUPHIN ET MONSIEUR D'ORLEANS
   PROSOPOPEE D'OSTENDE
   QUEL ASTRE MALHEUREUX ...
   QUELQUES LOUANGES NONPAREIILES
   QUOI DONC C'EST UN ARRET ...
   QUOI DONC, MA LACHETE..
   SUR LA MORT D'UN GENTILHOMME QUI FUT ASSASSINE
   SUR LE MARIAGE DU ROI ET DE LA REINE
   VERS FUNEBRES SUR LA MORT DE HENRI LE GRAND