Retour à l'Accueil


José-Maria Heredia (de)

José-Maria de Heredia (La Fortuna, près de Santiago de Cuba, 22 novembre 1842–château de Bourdonné, près de Houdan, Yvelines, 1905) est un poète français d'origine cubaine, élu à l'Académie française en 1894. Il est un des meilleurs représentant du Parnasse.

Il a eu trois filles : Hélène, Marie, mariée à Henri de Régnier et maîtresse de Pierre Louÿs, Louise, mariée à Pierre Louÿs.

Décédé le 2 octobre 1905, il est enterré à Bonsecours (76240), Seine Maritime, France

Poète parnassien, il a fait paraître ses poésies dans des revues littéraires et ne les a réunies que fort tard en un volume, Les Trophées, qui fut couronné par l'Académie. Il avait déjà été lauréat de l'Académie pour une traduction de l'espagnol, l'Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle Espagne, par le capitaine Bernal Diaz del Castillo. Il a collaboré à la Revue des Deux Mondes, au Temps et au Journal des débats.

Il fut élu à l'Académie le 22 février 1894 en remplacement de Charles de Mazade et reçu le 30 mai 1895 par François Coppée. Lors du voyage des souverains russes à Paris, en 1896, José-Maria de Heredia composa le Salut à l'Empereur, poème lu par Paul Mounet, de la Comédie française, à la cérémonie de la pose de la première pierre du pont Alexandre III. Il était membre de la Commission du dictionnaire. Il était aussi conservateur de la bibliothèque de l'Arsenal et secrétaire d'ambassade.


Voici les pomes de José-Maria Heredia (de) :

   A CLAUDIUS POPELIN
   A HERMES CRIOPHORE
   A SEXTIUS
   A UN FONDATEUR DE VILLE
   A UN TRIOMPHATEUR
   A UNE VILLE MORTE
   ANDROMEDE AU MONSTRE
   ANTOINE ET CLEOPATRE
   APRES CANNES
   ARIANE
   ARMOR
   ARTEMIS
   AU MEME (A UN FONDATEUR DE VILLE)
   AU TRAGEDIEN E. ROSSI
   AUX MONTAGNES DIVINES
   BACCHANALE
   BLASON CELESTE
   BRETAGNE
   BRISE MARINE
   CAROLO QUINTO IMPERANTE
   CENTAURES ET LAPITHES
   EMAIL
   EPIGRAMME FUNERAIRE
   EPIGRAMME VOTIVE
   EPIPHANIE
   EPITAPHE
   FLEUR SECULAIRE
   FLEURS DE FEU
   FLORIDUM MARE
   FUITE DE CENTAURES
   HORTORUM DEUS (I)
   HORTORUM DEUS (II)
   HORTORUM DEUS (III)
   HORTORUM DEUS (IV)
   HORTORUM DEUS (V)
   JASON ET MEDEE
   JOUVENCE
   L'ANCETRE
   L'EPEE
   L'ESCLAVE
   L'ESTOC
   L'EXILEE
   L'OUBLI
   LA BELLE VIOLE
   LA CENTAURESSE
   LA CHASSE
   LA CONQUE
   LA DOGARESSE
   LA FLUTE
   LA JEUNE MORTE
   LA MAGICIENNE
   LA MORT DE L'AIGLE
   LA NAISSANCE D'APHRODITE
   LA PRIERE DU MORT
   LA SIESTE
   LA SOURCE
   LA TREBBIA
   LA VIE DES MORTS
   LA VISION DE KHEM
   LE BAIN
   LE BAIN DES NYMPHES
   LE CHEVRIER
   LE COCHER
   LE COUREUR
   LE CYDNUS
   LE DAIMIO
   LE DIEU HETRE
   LE HUCHIER DE NAZARETH
   LE LABOUREUR
   LE LIT
   LE NAUFRAGE
   LE PRISONNIER
   LE RAVISSEMENT D'ANDROMEDE
   LE RECIF DE CORAIL
   LE REVEIL D'UN DIEU
   LE SAMOURAI
   LE TEPIDARIUM
   LE TOMBEAU DU CONQUERANT
   LE VASE
   LE VIEIL ORFEVRE
   LE VOEU
   LES BERGERS
   LES CONQUERANTS
   LES FUNERAILLES
   LUPERCUS
   MARIS STELLA
   MARSYAS
   MEDAILLE
   MEDAILLE ANTIQUE
   MER MONTANTE
   MICHEL-ANGE
   NEMEE
   NESSUS
   NYMPHEE
   PAN
   PERSEE ET ANDROMEDE
   PLUS ULTRA
   POUR LE VAISSEAU DE VIRGILE
   REGILLA
   REVES D'EMAIL
   SOIR DE BATAILLE
   SOLEIL COUCHANT
   SPHINX
   STYMPHALE
   SUIVANT PETRARQUE
   SUR L'OTHRYS
   SUR LE LIVRE DES AMOURS DE PIERRE DE RONSARD
   SUR LE PONT-VIEUX
   SUR UN MARBRE BRISE
   TRANQUILLUS
   UN PEINTRE
   VELIN DORE
   VENDANGE
   VILLULA (GALLUS)
   VITRAIL