Retour à l'Accueil


Théophile Viau (de)

Théophile de Viau (né entre mars et mai 1590 à Clairac-en-Agenois–mort le 25 septembre 1626)

Poète et écrivain français, il est connu pour ses poèmes licencieux et son athéisme. Sa tragédie Pyrame et Thisbé est restée involontairement célèbre pour contenir l'expression « il en rougit, le traître ! » — phrase en fait prononcée par l'infortunée Thisbé, contemplant le poignard avec lequel vient de se suicider Pyrame, son amant :

« Ah ! voici le poignard qui du sang de son maître
S'est souillé lâchement. Il en rougit, le traître! »

Vers repris par Edmond Rostand dans Cyrano de Bergerac :
« Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
"Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître !" »


Boileau l'éreinte dans les vers suivants :
« Tous les jours à la cour un sot de qualité
Peut juger de travers avec impunité,
À Malherbe, à Racan, préférer Théophile... »


Voici les pomes de Théophile Viau (de) :

   A CLORIS
   A MONSIEUR DE L... SUR LA MORT DE SON PERE
   AU MILIEU DE PARIS JE ME SUIS FAIT ERMITE
   AU MOINS AI-JE SONGE QUE JE VOUS AI BAISEE
   AUSSI SOUVENT QU'AMOUR FAIT PENSER A MON AME
   CHERE ISIS, TES BEAUTES ONT TROUBLE LA NATURE
   CLORIS, LORSQUE JE SONGE, EN TE VOYANT SI BELLE
   CONTRE L'HIVER
   CRUELLE, A QUEL PROPOS PROLONGES-TU MA PEINE
   D'UN SOMMEIL PLUS TRANQUILLE A MES AMOURS REVANT
   ELEGIE A UNE DAME
   J'AI FAIT CE QUE J'AI PU POUR M'ARRACHER DE L'AME
   JE N'AI REPOS NI NUIT NI JOUR
   JE SONGEAIS QUE PHILIS DES ENFERS REVENUE
   L'AUTRE JOUR INSPIRE D'UNE DIVINE FLAMME
   L'INFIDELITE ME DEPLAIT
   LA FRAYEUR DE LA MORT EBRANLE LE PLUS FERME
   LA SOLITUDE
   LE MATIN
   LES NAUTONIERS
   LES PARQUES ONT LE TEINT PLUS GAI QUE MON VISAGE
   LETTRE A SON FRERE
   MINISTRE DU REPOS, SOMMEIL PERE DES SONGES
   PERSIDE, JE ME SENS HEUREUX
   POUR MADEMOISELLE D. M.
   POUR UNE AMANTE IRRITEE
   PRIERE DE THEOPHILE AUX POETES DE CE TEMPS
   PROCHE DE LA SAISON OU LES PLUS VIVES FLEURS
   QUAND TU ME VOIS BAISER TES BRAS
   QUELQUE SI DOUX ESPOIR OU MA RAISON S'APPUIE
   SACRES MURS DU SOLEIL OU J'ADORAI PHILIS
   SATIRE PREMIERE
   UN CORBEAU DEVANT MOI CROASSE