Retour à l'Accueil


Victor Hugo

Victor Hugo (26 février 1802–22 mai 1885) est le plus important des auteurs romantiques de langue française.

Son œuvre est très diverse : romans, poésie lyrique, drames en vers et en prose.

Il est né à Besançon en 1802, mais passe son enfance à Paris. Des séjours à Naples et en Espagne, à la suite de son général de père, l'influenceront. Il fonde avec ses frères en 1819 une revue, le Conservateur littéraire, qui attire déjà l'attention sur son talent. La même année, il remporte le concours de l'Académie des Jeux Floraux (voir Clémence Isaure).

Son premier recueil de poèmes, Odes, paraît en 1821 : il a alors vingt ans. Il participe aux réunions du Cénacle de Charles Nodier à la Bibliothèque de l'Arsenal, berceau du Romantisme, qui auront une grande influence sur son développement. C'est avec Cromwell, publié en 1827, qu'il fera éclat. Dans la préface de ce drame, il s'oppose aux conventions classiques, en particulier à l'unité de temps et à l'unité de lieu, qu'il met véritablement en pratique dans la pièce Hernani

De 1826 à 1837, il séjourne fréquemment au Château des Roches à Bièvres, propriété de Bertin l'Aîné, directeur du Journal des Débats. Au cours de ses séjours il y rencontre Berlioz, Chateaubriand, Liszt, Giacomo Meyerbeer et rédige des recueils de poésie dont le célèbres ouvrage des Feuilles d'Automne.

Il a, jusqu'à un âge avancé, de nombreuses maîtresses. La plus célèbre est Juliette Drouet, actrice, qui lui consacre sa vie, le sauva de l'emprisonnement lors du coup d'état de Napoléon III . Il écrit pour elle de nombreux poèmes. Tous deux passaient ensemble l'anniversaire de leur rencontre, et remplissaient à cette occasion, année après année, un cahier commun qu'ils nommaient Le livre de l'anniversaire.

Élevé par sa mère vendéenne dans l'esprit du royalisme, il se laisse peu à peu convaincre de l'intérêt de la démocratie (« J'ai grandi », écrit-il dans un poème où il s'en justifie). Son idée est que « là où la connaissance n'est que chez un homme, la monarchie s'impose. Là où elle est dans un groupe d'hommes, elle doit faire place à l'aristocratie. Et quand tous ont accès aux lumières du savoir, alors le temps est venu de la démocratie ». Devenu partisan d'une démocratie libérale et humanitaire, il est élu député de la Deuxième République en 1848, et soutient la candidature du « prince Louis-Napoléon », mais s'exile après le coup d'État du 2 décembre 1851 qu'il condamne vigoureusement pour des raisons morales (Histoire d'un crime).

Sous le Second Empire, opposé à Napoléon III, il vit en exil à Jersey, puis à Guernesey et à Bruxelles. Il est l'un des seuls proscrits à refuser l'amnistie décidée quelque temps après (« Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là »). La perte de sa fille Léopoldine à Villequier en 1843 l'ayant laissé désemparé, il se laisse tenter à Jersey, en son souvenir, par des expériences de spiritisme consignées dans un ouvrage étrange nommé Les tables tournantes de Jersey.

Conformément à ses dernières volontés, c'est dans le corbillard des pauvres qu'il est enterré au Panthéon. Son cercueil étant au préalable resté plusieurs jours sous l'Arc de triomphe, on considère que trois millions de personnes se déplacent alors pour lui rendre un dernier hommage.


Voici les pomes de Victor Hugo :

   1ER JANVIER
   A ANDRE CHENIER
   A CELLE QUI EST RESTEE EN FRANCE
   A CELLE QUI EST VOILEE
   A CEUX QU'ON FOULE AUX PIEDS
   A CEUX QUI SONT PETITS
   A DES AMES ENVOLEES
   A DES OISEAUX ENVOLES
   A DONA ROSITA ROSA
   A GRANVILLE, EN 1836
   A JEANNE
   A JEANNE
   A L'ARC DE TRIOMPHE
   A L'ENFANT MALADE PENDANT LE SIEGE
   A LA BELLE IMPERIEUSE
   A LA FENETRE, PENDANT LA NUIT
   A LA FRANCE
   A LA MERE DE L'ENFANT MORT
   A M. FROMENT MEURICE
   A MA FILLE
   A MA FILLE ADELE
   A MADAME D. G. DE G.
   A MADEMOISELLE LOUISE B.
   A MADEMOISELLE LOUISE B.
   A MLLE FANNY DE P.
   A PETITE JEANNE
   A PROPOS D'HORACE
   A PROPOS DE DONA ROSA
   A QUI DONC SOMMES-NOUS ?
   A QUI LA FAUTE ?
   A QUOI SONGEAIENT LES DEUX CAVALIERS ...
   A UN HOMME PARTANT POUR LA CHASSE
   A UN POETE
   A UN POETE AVEUGLE
   A UNE FEMME
   A UNE JEUNE FILLE
   A VIANDEN
   A VILLEQUIER
   A VIRGILE
   ABIME - L'HOMME
   ABIME - LA VOIE LACTEE
   ADIEUX DE L'HOTESSE ARABE
   AH ! C'EST UN REVE ! NON ! NOUS N'Y CONSENTONS POINT
   AIMONS TOUJOURS ! AIMONS ENCORE !...
   AIR DE LA PRINCESSE D'ORANGE
   AME ! ETRE, C'EST AIMER...
   AMIS, UN DERNIER MOT !
   AMOUR SECRET
   APPARITION
   APRES L'HIVER
   APRES L'HIVER
   APRES LA BATAILLE
   ATTENTE
   AU BOIS
   AU BORD DE LA MER
   AU PEUPLE
   AU POINT DU JOUR, SOUVENT EN SURSAUT, JE ME LEVE
   AUCUNE AILE ICI-BAS N'EST POUR LONGTEMPS POSEE
   AUTRE CHANSON
   AUTRE GUITARE
   AUX ARBRES
   AUX CHAMPS
   AUX FEUILLANTINES
   AUX MORTS DU 4 DECEMBRE
   AUX PROSCRITS
   BETISE DE LA GUERRE
   BIEVRE
   BON CONSEIL AUX AMANTS
   BOOZ ENDORMI
   C'EST A COUPS DE CANON QU'ON REND LE PEUPLE HEUREUX
   C'EST LA NUIT ; LA NUIT NOIRE, ASSOUPIE ET PROFONDE
   C'ETAIT LA PREMIERE SOIREE
   CANARIS
   CE QU'ON ENTEND SUR LA MONTAGNE
   CE QUE C'EST QUE LA MORT
   CE QUE DIT LA BOUCHE D'OMBRE (I)
   CE QUE DIT LA BOUCHE D'OMBRE (II)
   CE QUI N'A PAS ENCORE DE NOM
   CE QUI SE PASSAIT AUX FEUILLANTINES VERS 1813
   CE SIECLE AVAIT DEUX ANS
   CE SIECLE EST GRAND ET FORT. UN NOBLE INSTINCT LE MENE
   CENT MILLE HOMMES, CRIBLES D'OBUS ET DE MITRAILLE
   CERTE, ELLE N'ETAIT PAS FEMME ET CHARMANTE EN VAIN
   CEUX QUI VIVENT, CE SONT CEUX QUI LUTTENT
   CHANSON (L'AME EN FLEUR)
   CHANSON (PROSCRIT, REGARDE LES ROSES...)
   CHANSON D'AUTREFOIS
   CHANSON D'AUTREFOIS (AUTRE)
   CHANSON DE GAVROCHE
   CHANSON DE GRAND-PERE
   CHANSON DE PIRATES
   CHANSON DES OISEAUX
   CHANSON DU BOL DE PUNCH
   CHANSON POUR FAIRE DANSER EN ROND LES PETITS ENFANTS
   CHANT SUR LE BERCEAU
   CHARLES VACQUERIE
   CHOSES DU SOIR
   CLAIR DE LUNE
   CLAIRE
   COMMENCEMENT D'UNE ILLUSION
   CONCLUSION
   CREPUSCULE
   CRI DE GUERRE DU MUFTI
   D'APRES ALBERT DURER
   DANGER D'ALLER DANS LES BOIS
   DANS CE JARDIN ANTIQUE OU LES GRANDES ALLEES
   DANS L'ALCOVE SOMBRE
   DANS L'OMBRE
   DANS LA FORET
   DANS LE JARDIN
   DANTE ECRIT DEUX VERS
   DEMAIN, DES L'AUBE...
   DEPUIS QUATRE MILLE ANS IL TOMBAIT DANS L'ABIME
   DEPUIS SIX MILLE ANS LA GUERRE
   DEUX VOIX DANS LE CIEL
   DICTE EN PRESENCE DU GLACIER DU RHONE
   DIEU FAIT LES QUESTIONS POUR QUE L'ENFANT REPONDE
   DU HAUT DE LA MURAILLE DE PARIS
   ECLAIRCIE
   ECRIT APRES LA VISITE D'UN BAGNE
   ECRIT AU BAS D'UN CRUCIFIX
   ECRIT EN 1827
   ECRIT SUR LA VITRE D'UNE FENETRE FLAMANDE
   ECRIT SUR LE TOMBEAU
   ELLE AVAIT PRIS CE PLI ...
   ELLE EST GAIE ET PENSIVE ; ELLE NOUS FAIT SONGER
   ELLE ETAIT DECHAUSSEE, ELLE ETAIT DECOIFFEE...
   ELLE ETAIT PALE, ET POURTANT ROSE...
   EN ECOUTANT CHANTER LA PRINCESSE ***
   EN HIVER LA TERRE PLEURE
   EN MAI
   EN MARCHANT LA NUIT DANS UN BOIS
   EN MARCHANT LE MATIN
   EN SORTANT DU COLLEGE
   ENTHOUSIASME
   ENVOI DES FEUILLES D'AUTOMNE
   EPITAPHE DE JEAN VALJEAN
   EST-IL JOUR ? EST-IL NUIT ? HORREUR CREPUSCULAIRE !
   ET JEANNE A MARIETTE A DIT
   ETRE AIME
   EXIL
   EXPLICATION
   EXTASE
   FENETRES OUVERTES
   FONCTION DU POETE
   FRANCE ! A L'HEURE OU TU TE PROSTERNES
   FUITE EN SOLOGNE
   FULGUR
   GARDE A JAMAIS DANS TA MEMOIRE
   GEORGES ET JEANNE
   GUITARE
   HALTE EN MARCHANT
   HERMINA
   HEUREUX L'HOMME OCCUPE ...
   HIER AU SOIR
   HIER, LA NUIT D'ETE, QUI NOUS PRETAIT SES VOILES
   HORROR
   HYMNE
   IL FAIT FROID
   IL FAUT QUE LE POETE
   INSONDABLE, IMMUABLE, ETERNEL, ABSOLU
   J'AI CUEILLI CETTE FLEUR POUR TOI SUR LA COLLINE
   J'AIME L'ARAIGNEE
   J'AIME UN PETIT ENFANT, ET JE SUIS UN VIEUX FOU.
   JANVIER EST REVENU. NE CRAINS RIEN, NOBLE FEMME !
   JE LA REVOIS, APRES VINGT ANS, L'ILE OU DECEMBRE
   JE N'AI PAS DE PALAIS EPISCOPAL EN VILLE
   JE NE ME METS PAS EN PEINE
   JE NE VEUX CONDAMNER PERSONNE, O SOMBRE HISTOIRE
   JE NE VOIS PAS POURQUOI JE FERAIS AUTRE CHOSE
   JE PRENDRAI PAR LA MAIN LES DEUX PETITS ENFANTS
   JE PRESSAIS TON BRAS QUI TREMBLE
   JE RACONTAIS UN CONTE
   JE RESPIRE OU TU PALPITES,
   JE SAIS BIEN QU'IL EST D'USAGE...
   JE SUIS ENRAGE. J'AIME
   JE SUIS FAIT D'OMBRE ET DE MARBRE
   JE SUIS NAIF, TOI CRUELLE
   JE T'AIME, AVEC TON OEIL CANDIDE
   JE TRAVAILLE
   JEANNE CHANTE ; ELLE SE PENCHE
   JEANNE DORT
   JEANNE ENDORMIE
   JEANNE ETAIT AU PAIN SEC...
   JEANNE FAIT SON ENTREE
   JEANNE SONGEAIT
   JEUNE FILLE, L'AMOUR, C'EST D'ABORD UN MIROIR
   JEUNES GENS, PRENEZ GARDE AUX CHOSES QUE VOUS DITES
   JOIES DU SOIR
   JOLIES FEMMES
   JOUR DE FETE
   JOUR DE FETE AUX ENVIRONS DE PARIS
   L'ART ET LE PEUPLE
   L'AUBE EST MOINS CLAIRE...
   L'AURORE S'ALLUME
   L'AUTRE
   L'ECHAFAUD
   L'ECHAFAUD
   L'ENFANCE
   L'ENFANT
   L'ENFANT
   L'EXPIATION
   L'HIRONDELLE AU PRINTEMPS CHERCHE LES VIEILLES TOURS
   L'OMBRE
   L'OUBLI
   L'UNIVERS, C'EST UN LIVRE...
   LA BLANCHE AMINTE
   LA CAPTIVE
   LA CHANSON DE MAGLIA
   LA CICATRICE
   LA COCCINELLE
   LA CONSCIENCE
   LA DOULEUR DU PACHA
   LA FETE CHEZ THERESE
   LA FIANCEE DU TIMBALIER
   LA FIGLIOLA
   LA HACHE ? NON. JAMAIS...
   LA MERIDIENNE DU LION
   LA NATURE
   LA NATURE EST PLEINE D'AMOUR
   LA NICHEE SOUS LE PORTAIL
   LA PAUVRE FLEUR DISAIT AU PAPILLON CELESTE
   LA PENTE DE LA REVERIE
   LA PLUME DE SATAN
   LA PRISONNIERE PASSE...
   LA ROSE DE L'INFANTE
   LA SIESTE
   LA SORTIE
   LA SOURCE
   LA SOURCE TOMBAIT DU ROCHER
   LA STATUE
   LA SULTANE FAVORITE
   LA TERRE - HYMNE
   LA TOMBE DIT A LA ROSE
   LA VIE AUX CHAMPS
   LA VILLE PRISE
   LA VISION DE DANTE
   LAETITIA RERUM
   LAISSEZ. - TOUS CES ENFANTS SONT BIEN LA
   LAZZARA
   LE CANTIQUE DE BETHPHAGE
   LE CHAMP DU POTIER
   LE COUCHANT FLAMBOYAIT A TRAVERS LES BRUINES
   LE CRAPAUD
   LE CRUCIFIX
   LE DEUIL
   LE DOIGT DE LA FEMME
   LE FIRMAMENT EST PLEIN DE LA VASTE CLARTE
   LE HIBOU
   LE MANTEAU IMPERIAL
   LE MATIN
   LE MENDIANT
   LE POEME EPLORE SE LAMENTE
   LE POETE BAT AUX CHAMPS
   LE POETE DANS LES REVOLUTIONS
   LE POETE S'EN VA DANS LES CHAMPS
   LE POT CASSE
   LE PROGRES CALME ET FORT...
   LE RAVIN
   LE ROUET D'OMPHALE
   LE SACRE DE LA FEMME - EVE
   LE SACRE DE LA FEMME - INEFFABLE LEVER...
   LE SATYRE
   LE SOLEIL ETAIT LA QUI MOURAIT DANS L'ABIME
   LE SOLEIL S'EST COUCHE CE SOIR DANS LES NUEES
   LE TROUBLE-FETE
   LE VIEILLARD CHAQUE JOUR DANS PLUS D'OMBRE S'EVEILLE
   LES AUTRES EN TOUT SENS LAISSENT ALLER LEUR VIE
   LES DJINNS
   LES ENFANTS LISENT, TROUPE BLONDE
   LES ENFANTS PAUVRES
   LES FEMMES SONT SUR LA TERRE...
   LES FORTS
   LES FUSILLES
   LES INNOCENTS
   LES MARTYRES
   LES OISEAUX
   LES PAUVRES GENS
   LES PAYSANS AU BORD DE LA MER
   LES SIECLES SONT AU PEUPLE...
   LES TRONCONS DU SERPENT
   LETTRE A UNE FEMME
   LIBERTE !
   LISE
   LORSQUE L'ENFANT PARAIT
   LORSQUE MA MAIN FREMIT SI LA TIENNE L'EFFLEURE
   LUX
   MA JEANNE, DONT JE SUIS DOUCEMENT INSENSE
   MAGNITUDO PARVI
   MAI
   MAIS TU BRULES !
   MALEDICTION
   ME VOICI ! C'EST MOI ! ROCHERS, PLAGES
   MELANCHOLIA
   MES DEUX FILLES
   MES POEMES !
   MON BRAS PRESSAIT TA TAILLE FRELE...
   MORS
   MUGITUSQUE BOUM
   N'ENVIONS RIEN
   N'EST-CE PAS, MON AMOUR, QUE LA NUIT EST BIEN LENTE
   NON
   NOS MORTS
   NOUS
   NOUS ALLIONS AU VERGER CUEILLIR DES BIGARREAUX
   NOUVELLE CHANSON SUR UN VIEIL AIR
   NOVEMBRE
   NUIT
   NUIT TOMBANTE
   NUITS D'HIVER
   NUITS DE JUIN
   O CHARLES, JE TE SENS PRES DE MOI...
   O GOUFFRE ! L'AME PLONGE ET RAPPORTE LE DOUTE
   O MES LETTRES D'AMOUR, DE VERTU, DE JEUNESSE
   O RUS
   O SOLDATS DE L'AN DEUX ! ...
   O SOUVENIRS ! PRINTEMPS ! AURORE !
   O TEMPS ! SI L'ON POUVAIT DANS TON URNE PROFONDE
   OCEANO NOX
   OH ! DIS ! POURQUOI TOUJOURS REGARDER SOUS LA TERRE
   OH ! JE FUS COMME FOU...
   OH ! N'INSULTEZ JAMAIS UNE FEMME QUI TOMBE !
   OH ! POUR REMPLIR DE MOI TA REVEUSE PENSEE
   OH ! QUAND JE DORS...
   OH ! QUI QUE VOUS SOYEZ, JEUNE OU VIEUX, RICHE OU SAGE
   ON VIT, ON PARLE...
   OU DONC EST LA CLARTE ? CIEUX, OU DONC EST LA FLAMME ?
   OU DONC EST LE BONHEUR ? DISAIS-JE.
   OUI, JE SUIS LE REVEUR ...
   PARIS BLOQUE
   PARIS INCENDIE
   PAROLES SUR LA DUNE
   PASSE
   PASTEURS ET TROUPEAUX
   PENDANT QUE LE MARIN...
   PEPITA
   PETIT PAUL
   PLEURS DANS LA NUIT
   PREMIER MAI
   PRES D'AVRANCHES
   PRINTEMPS
   PRINTEMPS
   PRINTEMPS
   PROLOGUE
   PROMENADES DANS LES ROCHERS (I)
   PROMENADES DANS LES ROCHERS (II)
   PROMENADES DANS LES ROCHERS (III)
   PROMENADES DANS LES ROCHERS (IV)
   PUISQU'ICI-BAS TOUTE AME
   PUISQUE J'AI MIS MA LEVRE A TA COUPE ENCOR PLEINE
   PUISQUE LE JUSTE EST DANS L'ABIME
   PUISQUE MAI TOUT EN FLEURS DANS LES PRES NOUS RECLAME
   PUISQUE NOS HEURES SONT REMPLIES
   PURE INNOCENCE ...
   QUAND DEUX COEURS EN S'AIMANT ONT DOUCEMENT VIEILLI
   QUAND LA LUNE APPARAIT DANS LA BRUME DES PLAINES
   QUAND LE LIVRE OU S'ENDORT CHAQUE SOIR MA PENSEE
   QUAND LES GUIGNES FURENT MANGEES,
   QUAND NOUS HABITIONS TOUS ENSEMBLE
   QUE T'IMPORTE, MON COEUR
   QUELLE EST LA FIN DE TOUT ?
   QUELQUES MOTS A UN AUTRE
   REGARD JETE DANS UNE MANSARDE
   REGARDEZ : LES ENFANTS SE SONT ASSIS EN ROND
   REVERIE
   RONDE POUR LES ENFANTS
   ROSA FACHEE
   SAISON DES SEMAILLES. LE SOIR
   SARA LA BAIGNEUSE
   SATAN DANS LA NUIT - I
   SATAN DANS LA NUIT - II
   SATAN PARDONNE
   SOIR
   SOLEILS COUCHANTS
   SONNEZ, SONNEZ TOUJOURS, CLAIRONS DE LA PENSEE
   SOUS LES ARBRES
   SOUVENIR DE LA NUIT DU 4
   SPECTACLE RASSURANT
   STELLA
   SUR LA FALAISE
   SUR UNE BARRICADE
   SUZETTE ET SUZON
   TOUS LES HOMMES SONT L'HOMME ...
   TOUTE LA VIE D'UN COEUR - 1817 - ADOLESCENCE
   TOUTE LA VIE D'UN COEUR - 1819
   TOUTE LA VIE D'UN COEUR - 1820
   TOUTE LA VIE D'UN COEUR - 1822 - QUINZE-VINGT
   TOUTE LA VIE D'UN COEUR - 1826
   TOUTE LA VIE D'UN COEUR - 1833 - A J...
   TOUTE LA VIE D'UN COEUR - 1835 - PROMENADE
   TRISTESSE D'OLYMPIO
   TROIS ANS APRES
   TU ME VOIS BON CHARMANT ET DOUX ...
   TU RENTRERAS COMME VOLTAIRE...
   ULTIMA VERBA
   UN GRAND SABRE SERAIT D'UTILITE PUBLIQUE
   UN GROUPE TOUT A L'HEURE ETAIT LA SUR LA GREVE...
   UN HYMNE HARMONIEUX SORT DES FEUILLES DU TREMBLE
   UN JOUR AU MONT ATLAS
   UN JOUR JE VIS LE SANG COULER DE TOUTES PARTS
   UN JOUR JE VIS, DEBOUT AU BORD DES FLOTS MOUVANTS
   UN MANQUE
   UN SOIR QUE JE REGARDAIS LE CIEL
   UNE BOMBE AUX FEUILLANTINES
   UNE FEMME M'A DIT CECI : - J'AI PRIS LA FUITE
   UNE NUIT A BRUXELLES
   UNE NUIT QU'ON ENTENDAIT LA MER SANS LA VOIR
   UNITE
   VENI, VIDI, VIXI
   VENUS
   VERE NOVO
   VERS 1820
   VIEILLE CHANSON DU JEUNE TEMPS
   VIENS ! - UNE FLUTE INVISIBLE
   VISION SOMBRE ! UN PEUPLE EN ASSASSINE UN AUTRE
   VIVANTS
   VOEU
   VOICI QUE LA SAISON DECLINE
   VOIS, CETTE BRANCHE EST RUDE, ELLE EST NOIRE...
   VOYONS, D'OU VIENT LE VERBE ? ET D'OU VIENNENT LES LANGUES ?